Conseils utiles pour un safari photos au Kenya sans soucis !

Les vêtements

Choisissez des vêtements appropriés à l’environnement. Evitez les couleurs vives, préférez le beige ou le kaki.

Evitez le blanc, qui sera sale presqu'aussitôt. La poussière est partout !

A cause de l'altitude sur les plateaux, les différences de températures sont importantes entre l’aube et le milieu de la journée. Prévoyez un pull et un coupe-vent pour les premières heures de la journée (avec le toit du minibus ouvert, l'air frais s'engouffre dans l'habitacle).

Se protéger contre le soleil

Pendant la journée, le soleil est torride (zone équatoriale), pensez à prendre un chapeau et à boire régulièrement, cela vous évitera le coup de chaleur.

Utilisez une crème solaire à fort indice de protection, un stick gras pour les lèvres et une bonne paire de lunettes de soleil.

Le soleil est 8 fois plus puissant qu'en France par exemple et les enfants se déshydratent vite. De ce fait, toujours mettre un chapeau sur la tête des enfants (pas casquette, à cause des oreilles découvertes) ainsi qu'une protection efficace de la peau contre le soleil s'ils sont en maillot de bain pendant la journée, avec une lotion indice 6 maximum !

Boire de l'eau minérale en bouteille de plastique hermétiquement fermée (quand vous l'achetez). Si vos enfants abusent des autres boissons, ils vont avoir des coliques.

Se protéger contre les moustiques

Les Anophèles femelles ne piquent qu'à partir de la tombée de la nuit et ceci jusqu'au matin 8h00 environ : se couvrir au maximum et se protéger la peau apparente durant cette période.

En résumé : Le soir à partir de 18h00, mettez des manches longues et des pantalons longs (dans une matière légère) et mettez du répulsif sur les parties de peau apparentes car le paludisme est dangereux, il tue 2 millions d'enfants dans le monde chaque année !!

Les répulsifs : Attention à la mouche tsé-tsé dans le Sérengeti. Les répulsifs sont inopérants sur cette mouche qui arrive à piquer même à travers les vêtements. Elle est attirée par les habits de couleur sombre, surtout le bleu et le noir.  

Prévoyez d'imprégner vos vêtements de produit antimoustique avant le départ (Insect Ecran trempage)

Il faut également acheter un spray antimoustique de type « 5 sur 5 » ou « Insect Ecran pour la peau »

Il n'y a pas énormément de moustiques sur les hauts-plateaux, par contre, si vous comptez séjourner sur la côte (Mombasa), prévoyez plus large.

En détail :

Prévoir des répulsifs anti-moustiques "tropicaux" Il existe des répulsifs pour la "peau", et d'autres pour les "tissus" de vos vêtements.

 

Il y a très peu de mouches et moustiques sur les plateaux du Kenya et de la Tanzanie (partie Nord) car les réserves sont sur un plateau à une altitude de 1200 m à 3000 m.

En revanche, il faut savoir que les moustiques deviennent virulents entre 17h30 et 8h00 du matin !!

En dehors de ces heures, n'hésitez pas à mettre un T-shirt et un bermuda !!


Règles de prévention passive entre 17h30 et 8h00 du matin

- Chemises à manches longues et pantalons longs

- Asperger la chambre avec un spray antimoustique (genre "RAID" qui tue tout)

- Pulvériser les tissus des vêtements avec un répulsif "tissus" pour moustiques tropicaux (Insect Ecran Tissu)

- Pulvériser sur les mains et les parties de peaux visibles, un répulsif "peau" (Insect Ecran)

 

Nous avons acheté tous ces produits sur internet ICI

(frais de port offert au dela de 59 euros d'achat)

Nous avons été livrés de tous nos produits en 3 jours :

- Insect Ecran Vêtements Trempage - flacon 100ml
- Insect Ecran Spray Special Tropiques - vaporisateur 75ml
- Insect Ecran Spray Vêtements - spray 100ml

 

Utilisation du produit Insect Ecran Vêtements Trempage :

on vide le flacon de 100ml dans une bassine et on y rajoute 1,5 l d'eau qui devient blanchâtre. On fait tremper quelques vêtements (1 pyjama, 1 pantalon, 1 Tee shirt manches longues et c'est tout !) pour les imbiber, on essore et on fait sêcher. L'odeur est assez forte lors du trempage, mais le linge ne sent plus rien une fois sec.

 

Pour la partie côtière, où les risques sont plus importants du fait de l'humidité combiné à la chaleur, vous avez tout à fait intérêt de suivre cette prévention passive, mais aussi de suivre les indications de votre médecin et prendre un traitement antipaléduen (de type Malarone).

Se protéger contre la poussière

Prévoir :

• Des sacs plastiques pour les appareils photos et les caméras.

• Un grand sac plastique enfermant les habits dans la valise, la poussière s'infiltrera, si votre bagage est transporté sur une galerie, et un grand sac poubelle pour enfermer la valise entière en cas d'averse.

Se protéger contre l'eau infectée

- Chaque année, 17 millions de Français partent en voyage à l'étranger dont 4 millions à destination des Tropiques

- 45 % des voyageurs sont touchés par la diarrhée lorsqu'ils se rendent dans des pays où le niveau d'hygiène est moindre

- 20 à 30 % des voyageurs atteints de diarrhée restent confinés au lit pendant 2 jours

- La diarrhée du voyageur est transmise par l'eau et les crudités contaminées

Il convient donc de désinfecter l'eau d'alimentation pour prévenir des diarrhées en éliminant les micro-organismes présents dans l'eau contaminée.

Une utilisation pratique : des comprimés effervescents pour une libération rapide du principe actif comme AQUATABS

1 comprimé pour 1 litre d'eau traité seulement en 30 minutes.

La santé

Suivre les mesures de santé et d’hygiène propres aux pays d'Afrique. A savoir :

• Se laver régulièrement les mains.

• Ne pas boire l'eau du robinet, ni l'utiliser pour se laver les dents (prévoir de l'eau minérale).

• Boire beaucoup durant la journée pour éviter les coups de chaleur .

• Vérifier que les bouteilles d'eau minérale sont bien capsulées. En principe, le bouchon est recouvert d'un petit film plastique garantissant qu'elles n'ont pas été ouvertes.

• Au restaurant, éviter les crudités non épluchées, (elles ont pu être lavées dans une eau plus ou moins douteuse, ou pas lavées du tout). Même chose pour les fruits !

• Attention aux glaces (la chaîne du froid n'est pas aussi rigoureuse que chez nous), et aux jus de fruits qui peuvent être allongés d'eau dans certains restaurants peu scrupuleux.

• Prendre un antipaludéen de zone 3 (Malarone, beaucoup mieux toléré que Lariam).

• Emporter un anti diarrhéique du type "Imodium "

• Se munir de cachets contre les maux de tête (qui peuvent être provoqués par la chaleur ou l'altitude).

Vaccination

Il est indispensable d’être à jour dans ses vaccins (tétanos, …) et de se faire vacciner contre l’hépatite A (voire B) et la typhoïde.

 

Et la fièvre jaune ?

J’ai lu des débats sur certains forums de type  :« le vaccin contre la fièvre jaune n'est plus obligatoire pour le Kenya, mais uniquement en Tanzanie "   !!!!

C'est bien connu, les moustiques ne franchissent jamais les frontières ... et heureusement pour nous tous.

Un peu comme les nuages d'ailleurs

et « sous prétexte que le petit livret jaune n’est pas demandé aux frontières, on peut s’en passer ! »

 

Euh, si ça ce n'est pas de la bêtise humaine, c'est quoi ???

Autant jouer à la roulette russe, non ?

Quelle bêtise et prise de risque immense et inconsidérée pour une petite piqure mineure, indolore, sans effet secondaire, qui coute 35 euros et peut vous sauver tout simplement la vie pour 10 ans !


Quelle personne responsable oserait se poser la question 1 minute pour lui, son conjoint ou ses enfants ?

Evidemment, au sein de notre famille, nous nous sommes tous fait vacciner contre la fièvre jaune !

 

Un traitement contre le paludisme est également très recommandé : à voir avec votre médecin de famille, car il peut y avoir des contre indications !

 

En résumé, toute notre famille était déjà vaccinée contre le tétanos mais s’est faite vacciner via 3 injections distinctes contre l’hépatite A, la typhoïde et la fièvre jaune.

Nous avons également tous pris un traitement à la Malarone contre le paludisme.

Il faut savoir que le coût de ce traitement est relativement important : compter environ 35 à 40 € par vaccin et 30 € la boite de Malarone (sachant qu’il faut 2 boites pour 2 semaines).

Ce qui peut faire aux alentours de 140 €/personne !

La mutuelle Santé peut, selon le contrat, rembourser une partie des dépenses (se renseigner).

Malgré ce cout, il n’est pas question de lésiner sur le traitement et il convient de l’intégrer à son budget global : avion, circuit en lodge avec guide, hôtel et donc vaccination complète et traitement contre le paludisme.

Conseils généraux pour tout voyage :

 - Avant tout voyage faire des photocopies des documents importants : passeports ; billets d’avion ; carnets de vaccination ; permis de conduire (garder les photocopies séparées des originaux)

- Faire connaître aux personnes qui vous prendront en charge si vous avez des habitudes alimentaires particulières ou des situations médicales spéciales (allergies…etc.)

- Donner à la famille ou amis un contact dans le pays de destination (numéro de téléphone ou email)…. Ca peut être le contact d’un ami, d’un hôtel, du tour opérateur…etc.

- Essayer de se renseigner un maximum sur les us et coutumes locaux… essayer de glaner un maximum d’informations sur le pays de destination ! Poser un maximum de questions autour de vous ou à des professionnels ! Le plus vous en savez à l’avance le plus adapté vous serez une fois sur place… et vous aurez moins de chance de déception ou d’énervement sur place!

 

Visas : 

Les visas peuvent être obtenus directement à l’aéroport lors de votre arrivée. Il vous faudra juste un passeport valable au moins 6 mois après votre date d’entrée dans le pays… et 20 euros à payer en arrivant a Nairobi.

Petites informations sur l’Afrique de l’Est :

- Les habitants d’Afrique de l’Est sont timides et réservés au premier contact avec les Européens…  mais une fois ce stade passé ils sont par nature plus tactiles que les Européens, pour eux le contact est important et fait partie de la communication !

- Les routes kenyanes sont désastreuses… il ne faut pas parler en kilomètres mais plutôt en heure de route… par exemple la route de Nairobi a Maasai Mara fait environ 270 km mais il faut compter 4 à 6 heures de route !

- Le temps n’a pas la même valeur qu’en Europe ici… c’est assez cliché mais vrai ! Le sens des priorités n’est pas le même… l’africain vit l’instant présent, le futur est une notion nouvelle ! Ce qui est important pour les Africains est le présent et le passé !

- Les nuits et matinées peuvent être très fraîches en Afrique de l’Est… on est en Afrique certes mais une bonne partie de la région est aussi en altitude (Nairobi par exemple est à 1700m)… mais les journées sont souvent agréables ! Mais pour le mois de juillet/août il fait froid au Kenya, c’est l’hiver donc il sera nécessaire d’apporter des vêtements chauds, surtout pour les enfants. 

Pour des informations sur la météo, cliquez ici.

 

Le paludisme :

 

- Description : Le paludisme ou « malaria » est l’infection parasitaire la plus fréquente dans le monde, c’est une maladie grave, potentiellement mortelle. Plus d’un million de personnes en meurent chaque année, principalement des nourrissons, des jeunes enfants et des femmes enceintes. Le paludisme sévit dans de nombreuses zones tropicales, notamment en Afrique sub-saharienne et à une moindre échelle en Asie du Sud-Est, en Afrique du Sud, en Amérique Centrale, en Amérique du Sud, en Inde et dans les Îles Pacifiques.
En France, chaque année, près de 5 000 voyageurs (paludisme d’importation) sont touchés par le paludisme et près de 20 personnes en meurent, il s’agit du pays d’Europe Occidentale le plus touché.

 

- Transmission : Il existe plusieurs espèces de parasites responsables du paludisme, le « Plasmodium falciparum » qui est le plus dangereux, le « Plasmodium vivax », le « Plasmodium ovale » et le « Plasmodium malariae ». Ces différents parasites sont tous transmis à l’homme par la piqûre d’un moustique infecté du genre Anophèle. Seule les femelles piquent, la piqûre leur apporte les protéines indispensables à la maturation de leurs oeufs.
Le moustique du genre Anophèle est présent dans la grande majorité des zones tropicales, il est silencieux et son activité est nocturne entre le coucher et le lever du soleil.

 

- Premiers symptômes : Les plus courants sont fièvre, céphalées, frissons, vomissements qui apparaissent de 10 à 15 jours après l’infection. En l’absence de traitements efficaces, le paludisme peut évoluer rapidement vers une forme grave potentiellement mortelle. Toute fièvre au retour des tropiques doit être considérée a priori comme un paludisme jusqu'à preuve du contraire. Il est alors indispensable de consulter un médecin.

- Prévention : elle doit être systématique. Un voyage dans un pays en zones endémiques doit faire l’objet, avant le départ d’une consultation si possible dans un centre de vaccination.

Le vaccin contre le paludisme n’existant toujours pas, la prévention repose sur :

  • La prescription médicale d’une chimioprophylaxie (Malarone) fonction des destinations (pour tout conseil demander à votre médecin ou votre pharmacien)
  • L’éviction des piqûres de moustiques, pour cela il est recommandé de :
    • Porter des vêtements longs couvrants.
    • Utiliser des répulsifs cutanés sur les parties découvertes du corps.
    • Dormir sous une moustiquaire imprégnée.

Zones à risque de paludisme et diarrhée en 2010 :


zones a risques  Carte-Paludisme


 

En espérant que tous ces conseils vous auront été précieux …